CHRIS-GARNEAU.jpg

L’américain Chris Garneau est venu présenter son troisième album Winter Games sur la scène du Café de la Danse dans le cadre de la quatrième édition du festival Clap your hands.

« Je ne comprends pas vraiment pourquoi vous êtes tous là, je pensais que vous étiez furieux contre moi ». Chris Garneau ouvre le dernier concert de sa tournée derrière un français timide qu’il maîtrise pourtant parfaitement bien. Le songwritter choisit de n’offrir que les chansons de son dernier album, des morceaux épurés et à fleur de peau et réussit sans difficulté à faire retentir les notes de son piano.

chris_garneau.jpg

Chris Garneau livre un troisième album plus abouti et plus personnel que les précédents, mais toujours avec une tendre retenue. Reclus dans une ferme non loin de New York pour élever des chèvres et cultiver son potager, il écrit Winter Games à partir des souvenirs lointains de ses amis et de sa famille autour de l’hiver. Garneau explore la saison glaciale et retranscrit dans son album les sentiments et les expériences de ses proches autour du champ lexical du froid, du blanc et de l’obscurité. Moins pop et moins baroque que ses albums précédents, le musicien expérimente de nouvelles sonorités et s’aventure dans des sons électroniques et se laisserait même tenter de pencher vers un style ambient.

Il est accompagné sur scène de Maxime Vavasseur, (officiant également dans le projet drone Witxes), qui enveloppe le piano à queue avec des nappes de guitares, de synthés analogiques et de chœurs et donne une dimension au piano-voix de Garneau plus savoureuse.
Voix suave, mélodies fragiles et mélancoliques, instrumentation intimiste, l’auditoire écoute religieusement ce concert quasi élégiaque qui inspire presque un recueillement avec soi-même. Sa timidité touchante fait naître un sentiment de tristesse collective ou peut-être était-ce une simple nostalgie douce et rêveuse. Simple et facile à bien des égards, Chris Garneau sauve son concert par l’atmosphère de musique de chambre intime et moderne et par sa présence aussi apaisante que lancinante. 

https://www.chrisgarneau.com