On ne peut décidément plus passer à côté d'elle, la mode eighties ne cesse d'étendre son influence partout sur la nouvelle scène indie rock. Et tout ça nous vient bien évidemment d'Angleterre. Le pays du New Musical Express ou tout devient possible, ou les jeunes groupes peuvent étendre leur musique au de-là de leur frontières et recevoir l'écho escompté. D'ailleurs si aujourd'hui je vous parle de cette nouvelle scène c'est qu'il y a bien une raison. Pour beaucoup les années 80 ont fait leur époque c'est normal vous allez me dire nous sommes en 2008… alors pourquoi revenir en arrière… pourquoi les groupes actuels ressortent leurs vieux synthés pour composer des morceaux d'aujourd'hui ? Qu'est-ce que l'innovation musicale en 2008 ?

Autant de questions qui pourraient alimenter un débat certes passionnant mais qui n'aboutirait pas sur grand-chose. La musique a certainement tout donné et le temps  maintenant est arrivé de tout recycler. Vous allez me dire c'est tendance, l'écologie passe aussi par la musique. Alors les années 80, le synthétique dans l'époque consciencieuse dans laquelle nous vivons est certainement un signe qu'il est intéressant d'analyser.

Et si nous avions envie de revivre dans l'abondance des années 80. Le chômage n'était pas si élevé, on ne nous parlait pas de toutes ces crises, Sarkozy n'était rien d'autre que le maire de Neuilly, bref c'était certainement la bonne époque pour croire encore à un avenir meilleur et celle aussi pour s'épanouir et créer de nouvelles musiques comme la techno.

Un hommage alors ? Back in the roots ? Il est évident que tous les groupes qui reviennent piocher ainsi dans l'héritage des eighties n'ont pas vraiment connu cette décennie. Prenons par exemple les derniers buzzs actuels même si Metronomy est  dans l'actualité depuis 1 an, avec Late of the Pier, ils forment ce que l'on pourrait nommer le renouveau de la musique synthétique. Deux groupes qui n'ont pas vraiment de discours hormis celui de nous faire danser. Et d'ailleurs si c'était cela le remède à la morosité ambiante, danser oui danser…Depuis l'arrivée des Klaxons par la grande porte de la hype, être fluo et décomplexé est devenu synonyme de tendance. Fini les groupes sombres de la scène indie rock ou de l'electronica avec un exemple flagrant le changement de cap des deux artistes bretons d' Abstrackt Keal Agram qui après avoir sorti 3 albums d'abstract hip hop ont continué chacun de leur côté, l'un avec Yelle, la chanteuse tektonik et l'autre sous un projet électro pop nommé « Fortune » (surement plus lucratif allez-vous me dire ?)

Alors que pensez de tout ça… Que faut-il y voir, la revanche des joyeux fêtards bourré de frics sur le monde des pauvres dépressifs ? Je pense que tout cela est bien plus compliqué et le temps que je finisse ce papier, la mode aura déjà changé… c'est ça aussi qui est excitant dans la musique... ça bouge tout le temps, il y a tant à raconter et  à commenter et c'est ce qu'on aime aussi à Novorama ; vous faire partager toutes ces nouveautés…

www.myspace.com/lateofthepier