Trentemøller revient avec un troisième album habitée par les humeurs les plus sombres et les atmosphères les plus froides. Et dans l’art de développer ces ambiances,  le dj et producteur danois Trentemøller  a su se forger une identité et une réputation qui n’est plus à faire sur la scène indépendante,  grâce à son talent unique pour accorder l’électronique et l’acoustique, et la techno minimale avec la pop.

Mais s’il est vrai qu’ll a été capable de sortir de grands morceaux, et de gagner une très grande estime,  il lui manquait pourtant encore de réussir un album homogène, un album qui s’écouterait comme on lit un livre et non pas un recueil de nouvelles.

 

On peut dire que c’est chose faite et que quelque part et sans jeu de mot aucun, Trentemøller s’est trouvé avec son album Lost, et tout ça with a little help from his friends , car on compte nombre de savoureuses participations dont le duo Low, eux aussi connus pour leurs chansons à boire et leur musique festive, mais surtout leur chant mixte capable d’arracher des larmes même à un trader. Mais aussi la voix spectrale de Kazu Makino des Blonde Redhead, Johnny Pierce de The Drums un peu à contre-emploi de son style habituel, Jana Hunter du groupe Lower Dens et Sune Rose Wagner des Reavonnettes qui donne de la voix sur Deceive le titre qu’on vient d’entendre.

Lost est donc un album sur lequel Trentemøller a délaissé quelque peu la composante dub de sa minimale pop pour l’entraîner vers des territoires plus industriels et limite gothiques parfois, et où l’electro perd de plus en plus de terrain en faveur de la pop. Cela pourra en dérouter certains et pourtant l’album Lost pourrait bien représenter la quintessence de l’identité Trentemøller, en espérant qu’il continuera à la développer de la sorte.

https://www.facebook.com/trentemoller