En 2016 les italiens de Nu Guinea soit Massimo Di Lena and Lucio Aquilina, ont su se faire remarquer avec leur excellent premier album Tony allen Experiments qui re-travaillait à leur façon les rythmiques légendaires du batteur de Fela Kuti. Et voilà que ces deux napolitains exilés à Berlin ont sorti fin avril un deuxième album qui rend hommage à leur ville d’origine avec le tout aussi réussi Nueva Napoli.

Ce disque a une véritable valeur historique et culturelle car il est le fruit d’un projet de recherche du duo, rassemblant les diverses influences qui ont façonné la scène culturelle napolitaine des années 70 et 80, tout en traçant des traits d’union entre les grandes figures locales du jazz aux accents afro, de la funk, disco et boogie de cette période. Ils rendent ainsi hommage à Pino Daniele, Napoli Centrale, Tony Esposito ou encore Tullio de Piscopo à travers 7 titres orientés vers le dancefloor mais en conservant leur goût pour des productions qui sonnent très “live”.

 

Ils se sont alors entourés des plus grands talents napolitains du moment comme le saxophoniste Pietro Santangelo, le guitariste Marcellio Giannini à la guitare electrique et Roberto Badoglio à la basse.  

L’album bouillonne alors avec une atmosphère cosmique à la Coltrane, grâce à des variations pianotage funky au synthé vintage et piano électrique, un chant en dialecte napolitain et une section de cuivre franche et directe qui rappelle les influences Afrobeat du duo. C’est l’un de mes plus grands coups de coeur de l’année.

 

https://soundcloud.com/nu-guinea