Grizzly-bear-paintedruins-cover.jpg

Pendant les 5 ans qui ont suivi l’album Shields, la vie des membres de Grizzly Bear a connu des hauts et des bas avec son lot de mariages, d’enfants mais aussi de divorces mais leur musique, elle reste toujours aussi mélancoliquement lumineuse et intemporelle sur leur nouvel album Painted Ruins. Cet album débute par le prologue élégiaque “Wasted Acres” qui les voit revenir à cette pop de chambre qui leur va si bien et se clôt sur “Sky Took Hold” dirigée par une basse qui vous emporte avec son chagrin.

En cours de route, le groupe revisite sa musique avec de nouvelles perspectives, changeant quelques éléments ça et là mais restant définitivement les Grizzly Bear qu’on aime. Les morceaux “Aquarian” et “Cut-out” empruntent à l’album Shields son côté insulaire en examinant des questions existentielles auxquelles nul ne saurait trouver de réponse, tandis que les belles harmonies et le clavecin du morceau “Neighbors” tire davantage ses racines de l’album Yellow House. Ailleurs, le groupe prolonge la beauté et le côté redoutablement poignant de l’album Veckatimest avec les morceaux “Losing All Sense” et “Cut Out”.

Love-What-Survives.jpg

Avec leur esthétique à la fois rétro analogique et post-dubstep, les anglais de Mount Kimbie font le trait d’union entre la musique électronique atmosphérique arty et l’ouverture que représente la musique pop, une signature qu’ils ont entretenu depuis l’album Crooks & Lovers de 2010 et qu’ils se sont attaché à parfaire sur ce nouvel album “Love What Survives”. Le duo formé par Dominic Maker et Kai Campos nous offre à écouter un album à l’humeur maussade, plein de dégradés de gris que seules les rythmiques parviennent à réchauffer.

Leur inspiration et leur force créatrice semble s’épanouir dans ce qu’il débarrassent de leur musique bien davantage que dans ce qu’il y ajoutent. Mais si les morceaux instrumentaux sont prédominants, l’album offre cependant un bon équilibre avec ceux qui offrent des participations vocales.

Two-Windows.jpg

Après un long iatus pendant lequel Markus Acher a quitté la formation et la chanteuse Valerie Trebeliahr s’est consacré à sa vie de famille et à sa carrière, Lali Puna nous revient avec un cinquième album en restant fidèle à leur label Morr Music. Et si leurs précédents albums offraient un équilibre entre une indie-pop rêveuse à la Stereolab et une electro-pop caressante, ce nouvel album intitulé Two Windows fait pencher la balance du côté électronique.

On peine en effet à retrouver les guitares dans le mix tandis que les rythmiques apparaissent plus robotiques et racées et que les synthés s’emparent de ce nouveau terrain de jeu. Leurs invités tels que Dntel, Keith Tenniswood, Two Lone Swordsmen et Mary Lattimore prêtent leur science à un album qui regorge de courants chauds et qui s’écoute sans difficulté malgré l'orfèvrerie de son design sonore.

Bicep.jpg

Premier album pour des producteurs qui ont pourtant déjà fait leurs preuves car Bicep est un duo qui nous vient de Belfast et s’est fait connaître au départ en postant diverses tracks, remixs ou edits sur leur blog dans une gamme de styles, allant de la techno de Detroit à l’Italo-Disco, la house et la jungle.

C’est donc sans surprise qu’on retrouvait une variété d’influences dans leurs dj sets et leurs premières productions faisant montre d’une culture musicales que seule notre ère du world wide web haut débit peut permettre de se constituer.

lcd_soundsystem.jpgOn les croyait séparés pour de bon et voici que James Murphy, le président de la république LCD Soundsystem en quelque sorte, a décidé de reformer ce groupe phare de la scène disco-punk qui avait fait ses adieux triomphaux au Madison Square Garden en 2011. Et comme chaque membre du groupe est resté actif musicalement, avec un James Murphy passé derrière les platines notamment mais aussi derrière la console de studio pour offrir ses talents de producteur, une reformation paraissait tout à fait possible et ils l’ont fait à la plus grande joie de leurs fans.

Shake-the-shudder.jpg

Après 20 ans de carrière les !!! n’ont toujours pas de panne d’inspiration c’est le moins qu’on puisse dire à l’écoute de Shake The Shudder, leur nouvel album sorti cette semaine toujours sur le label Warp.

Composé en plusieurs mois de jams fiévreux où la sueur a coulé sur les fronts puis enregistré en l’espace de trois jours seulement, ce nouvel album nous invite à retrouver toute la férocité dansante et l’énergie inimitable des inénarrable !!! Mais peut-être cette fois-ci de manière encore plus directe qu’à l’accoutumée, avec des rythmiques sèches comme une bonne calotte derrière la tête et une salve d’invités pour donner de la voix avec Nic Offer, leur chanteur qu’on connaît pour vraiment donner de sa personne en live.

morningside-1.jpg

Fazerdaze c’est le projet d’Amelia Murray, une néo-zélandaise qui fait de la musique pour les jours de grosse flemme, ces jours où l’on cherche une musique pour planer doucement tandis que le regard se perd dans le paysage. A l’aide d’une simple guitare électrique ou acoustique, d’une basse, batteries, quelques claviers et une voix noyée dans la reverb, elle nous offre une musique simple et directe, qu’il est aisé de rapidement apprécier lorsqu’on cherche une ambiance feutrée.

WINTER FAMILY South From Here 450x459

 Winter Family, l’affaire familiale franco israélien sort son troisième opus. Le duo folklorique qualifié parfois de «weird wave» ou « funeral pop»  presque inclassable dans son style propose encore de nous surprendre. 

Influencé par leur quartier de Brooklyn, ce troisième album bien plus métissé que Red Sugar ou How does time a été conçue entre Brooklyn, Israël et la Lorraine.  Au moyen d’orgue, piano, synthétiseur et boite à rythmes il tire son énergie théâtrale typique à leur verve de leurs vagabondages aux quatre coins du monde.

Derniers articles

Nouveautés Indie

Nouveautés Électroniques

PODCAST

 

Agenda

05 octobre 2017
Point Ephémère

07 octobre 2017
Le Pop up du Label

07 octobre – 08 octobre 2017
L'Alimentation Générale


11 octobre – 14 octobre 2017


14 octobre 2017
Badaboum

14 octobre 2017
Batofar

16 octobre 2017
Olympia

25 novembre – 26 novembre 2017
Le Trianon

BOOKING

 

Aller au haut